RAD RACE x AURORA TOUR D'ICELAND

Avec RAD TRAVELS, nous avons réalisé un rêve : Parcourir le monde. Sur nos vélos. Car dans notre étrange façon de vivre, l'idéal du bonheur passe par un vélo et quelques amis. En gros, c'est tout ce dont nous avons besoin.

Nous nous sentons très bénis d'être en mesure de conduire LES aventures à vélo les plus étonnantes. L'idée de base est de faire quelque chose de similaire à un tour professionnel : avec un itinéraire fixe et des arrêts quotidiens et un bus d'équipe qui a tout ce qu'il faut : un mécanicien, quelques chambres à air et pneus neufs et un peu de nourriture et de boissons. Bien sûr, nous passerons la nuit dans des Heimplanet-tentes de camping. Car elles nous donnent un maximum de flexibilité pendant que nous sommes sur la route avec nos vélos, tout en nous offrant le luxe du confort pendant que nous sommes dehors et libres.

Ainsi, on peut se sentir professionnel au moins une fois par an. Pour 2015, nous avons prévu de faire 2 randonnées cyclistes épiques en guise d'adieu à notre cher ami Sebastian, décédé dans un accident au printemps. Non seulement il était à la tête d'un grand label de cyclisme appelé Aurora Collective, mais nous avons également planifié l'Islande ensemble, donc c'est le premier des deux voyages que nous avons pour toi, mec !

Notre idée pour l'année 2015 : nous allons traverser l'Islande à vélo du 23 au 31 juillet. Sur 8 crossers Bombtrack. 11 amis. 8 cyclistes. 3 garçons derrière les caméras. 8 jours. Au moins 500 km. Contre le vent. Avec la météo et la nature. Nous faisons tout ce que nous rencontrons. Nous dormons dans des tentes, partout où il y a de la verdure. Avec des partenaires formidables. Pour montrer au monde combien il peut être agréable d'explorer l'Islande à vélo.


Tronçon 1 - Geysir-Hveraellir

70,3K - Altitude de 1 088m

Bon, c'est cette Islande dont tout le monde parle. Nous sommes assis devant nos tentes au moment où j'écris ces lignes, et c'est un sentiment irréel. Nous sommes tous complètement crevés par le voyage d'hier et on peut dire sans se tromper que c'était LA randonnée à vélo la plus fatigante que nous ayons jamais faite de notre vie. Il nous reste encore 120 km à parcourir et je n'ai aucune idée si nous arriverons à faire la deuxième étape... Mais commençons par le début.


Tout a si bien commencé. Nous nous sommes tous retrouvés à Hambourg chez Ali et avons emballé les vélos Bombtrack et tout le bazar dans nos valises Evoc. Le trajet jusqu'à l'aéroport s'est bien passé, puis nous avons réalisé que nous avions tous emporté beaucoup plus d'équipement que ce qui nous avait été accordé. 50k au lieu de 23k et uniquement grâce à ce type d'Air Berlin (nous lui avons promis d'apparaître au générique de notre documentaire...), nous avons économisé environ 500€ pour les excédents de bagages.

Le vol était génial et tout le monde était si heureux de voir tout le monde. Bien que nous ayons volé dans la nuit, il ne faisait pas plus sombre, mais de plus en plus clair. Une expérience irréelle d'atterrir à une heure du matin, quand il ne fait pas nuit noire. Malheureusement, notre transporteur et notre hangar dataient du Moyen-Âge et étaient bien trop petits. Il était donc assez clair que nous étions foutus si nous ne nous procurions pas une voiture plus grande. Eh bien, pour faire court : nous l'avons fait, mais seulement le lendemain, si bien que nous avons parcouru 50 km entre l'aéroport et notre camping avec une remorque ouverte. Les valises Evoc ont presque été soufflées, car elles étaient simplement posées sur la remorque ouverte.

Les Heimplanet-tentes ont été rapidement démontées, nous avons pu nous reposer et dormir pendant quelques heures. Malheureusement, nous n'avons pas pris de petit-déjeuner, car nous devions encore faire des courses, récupérer notre équipement de camping Primus et acheter quelques autres choses. Après avoir vu un fort de geysers pour la première fois de notre vie et préparé les vélos pour sept cyclistes, il nous a fallu attendre 18 heures ( !) pour pouvoir enfin partir. Bien trop tard et il commençait à faire froid.

Dès que nous avons enfourché nos vélos, tout le stress s'est envolé et nous étions simplement si heureux de partir. Patric roulait avec nous pour la toute première fois et il ne s'attendait pas à ce que nous soyons surmotivés. Nous avons parcouru les 10 premiers kilomètres ou à peu près à une vitesse moyenne d'environ 35 km et, mon gars, ça ressemblait vraiment à une course. Tellement génial. Le "problème", c'est qu'à partir du moment où nous avons touché la route 35 au KM 29, alors que nous entrions dans les hautes terres, nous sommes tombés sur une vilaine route de terre.

Pas une route de terre normale, mais une route pleine de nids de poule, de sable et de saleté, avec de nombreuses petites collines. Après quelques kilomètres, nous l'avons appelée "planche à laver", parce qu'elle a l'air et la sensation de rouler sur une putain de planche à laver avec des millions de petites collines, de montées et de descentes. Cette route nous a tués. Et maintenant, notre vitesse moyenne était de 12 km, on ne pouvait vraiment pas aller plus vite. Il fallait faire très attention pour ne pas tomber, et si on avait un trop petit rapport, la roue arrière n'avait plus du tout d'adhérence.

Maintenant, il était déjà environ 10 heures du soir et il commençait à faire froid et il n'y avait que quelques degrés au-dessus de zéro. L'obscurité n'est pas vraiment un problème, car elle reste légère jusqu'à 1 ou 2 heures du matin et ce n'est qu'ensuite qu'il fait un peu sombre. Mais il restait encore 30 km à parcourir. Nous étions tous assez épuisés - pas de petit-déjeuner, pas de sommeil et pas d'autre nourriture que quelques clif bars - alors nous avons décidé de diviser le groupe et d'amener notre van d'équipe et l'équipe de tournage au camping. Ali devait déposer les garçons, vider la voiture et amener le reste des coureurs au camp.

Cela commençait à devenir assez dangereux, car nous avions tous froid et n'avions plus de force. Ingo avait vraiment du mal à continuer et il a failli s'effondrer. Mais nous ne pouvions pas nous arrêter. S'arrêter, c'est avoir froid, et avoir froid à seulement un degré au-dessus de zéro, c'était plutôt sérieux. Nous avons donc continué à rouler, encore et encore, en direction du camp. Et nous ne pouvons pas vous dire à quel point nous avons tous exulté et crié lorsque nous avons vu les lumières de la camionnette à l'horizon.

On peut littéralement voir à tant de kilomètres, parce qu'il n'y a tout simplement rien. À part les paysages magnifiques, les glaciers et la nature incroyable. Au final, le van a mis près d'une heure et demie pour qu'Ali nous fasse tous rentrer. Ensuite, il restait environ 20 à 25 km jusqu'au camp. Nous étions heureux, mais en même temps déçus de ne pas pouvoir terminer l'étape. Lorsque nous sommes arrivés au camp, il était une heure du matin, il ne faisait pas encore nuit, et c'est là que le meilleur est arrivé. Pas d'électricité, pas d'eau chaude, MAIS une source chaude avec une eau naturellement chaude d'environ 40 degrés. Nous sommes restés là pendant près d'une heure à nous réchauffer. Nous sommes heureux d'être ici, bénis d'avoir les meilleurs amis du monde entier, heureux d'être arrivés jusqu'ici.

L'Islande nous a dit : "Bienvenue les gars ! Ici, je vais vous montrer, bande de crétins, qui est le patron". Merci de nous avoir donné cette leçon. Lors de la première étape, nous nous sommes tous sentis bien petits.

L'étape 2 est longue de 120 km, dont près de 100 km sur la "planche à laver". Pour être honnête, nous sommes à peu près sûrs de ne pas pouvoir faire toute l'étape. Mais voyons, essayons. Le soleil brille.




Tronçon 2 - Hveraellir-Varmahlid

110K - Altitude de 1 088m

Nous avions tellement peur de cette étape. Deuxième jour sur la "35". Cette fichue route nous a tués le premier jour. La société de location de voitures nous a strictement interdit de rouler sur cette route et bien sûr, nous ne l'avons pas fait. Nous promettons que nous ne l'aurions jamais fait. Vraiment. Promis. Nous ne serions pas aussi stupides. L'étape 1 était une journée sèche et s'il avait plu, toute voiture qui n'était pas un 4x4 aurait été foutue... Mais nous avons eu de la chance et un sacré bon chauffeur de bus...

La nuit a donc été courte et froide, mais géniale. Un fantastique petit déjeuner MyMüsli et un peu de mauvais café plus tard, nous nous sommes tournés vers le deuxième jour. 100 km d'une route de terre folle, que nous avons appelée la planche à laver, plus 20 km sur la route circulaire devant nous. Pour être honnête, nous ne pensions pas y arriver aujourd'hui. Nous savions juste qu'il nous faudrait au moins 6 à 7 heures pour parcourir les 35 km, plus quelques heures supplémentaires pour parcourir la route circulaire.

Nous avons commencé le voyage avec seulement six cyclistes, certains souffrant du mal des montagnes, de maux de tête fous et de nausées. La combinaison du manque d'eau, de l'altitude, de l'absence de petit-déjeuner et de la fatigue du vélo a agi comme un charme sur certains d'entre nous. MAIS : le soleil brillait, la lumière était magnifique et tout le monde était excité à l'idée d'entamer une nouvelle journée sur cette île magnifique.

Atteindre les 35 ans, c'était comme rencontrer une vieille amie. On n'a tout simplement pas envie de la revoir. Mais nous nous sommes débarrassés d'elle plus vite que prévu. Après 12 kilomètres environ, la 35 est devenue une route de terre normale. Toujours aussi merdique, mais on avait l'impression d'être sur une autre planète. C'était tout simplement génial de pouvoir enfin parcourir 25 kilomètres ou plus. Et à partir de ce moment-là, la route s'est améliorée de plus en plus. Chaque mètre que nous parcourions était meilleur que le précédent. Ce qui était étonnant, c'est que le paysage changeait lui aussi si rapidement. Nous avons quitté les hautes terres et l'Islande est soudain devenue verte. Aussi vert que l'on puisse l'imaginer. Nous ne voulons pas vous ennuyer avec des paysages. Mais voir des chevaux islandais sauvages et être dans ce vert, c'était comme être dans un épisode de Game of Thrones.

Nous roulions de plus en plus vite, faisions de courtes pauses pour boire, buvions beaucoup de Clif Bars et de Vitaminwaters et avancions vraiment vite vers le nord. Un petit mot pour deux de nos sponsors. Nous avons fêté les 30 ans de Gore Bike Wear et nous ne pouvons pas dire à quel point nous avons apprécié de recevoir certains de leurs superbes vêtements. Non seulement les vestes de pluie et les coupe-vent sont aux couleurs islandaises, mais nous n'avons jamais tous porté des trucs de vélo aussi géniaux. Ils te tiennent vraiment chaud quand il le faut et te rafraîchissent quand tu montes.

Les pneus Black Panther Xtreme de Vredestein (ce n'est pas une blague, ils s'appellent vraiment Black Panther) nous offrent tellement de confort et de protection même sur les routes de terre. PLUS, bien que les routes soient si mauvaises, nous n'avons pas eu un seul pneu crevé jusqu'à présent. C'est incroyable ! Merci beaucoup !

Après une centaine de kilomètres, nous atteignons le point culminant de la journée. L'accent est mis sur "HAUT". Nous avions jeté un coup d'œil au profil d'altitude toute la journée et cela ressemblait tout simplement à un putain de mur. Nous nous sommes juste dit, oh mon Dieu, comment allons-nous jamais y arriver alors que nous avons déjà 200 km dans les jambes. Max, surtout, roule sur un Bombtrack Arise, un singlespeed que nous avons transformé en levier de vitesse à quatre vitesses. Mais en réalité, il n'en utilise que deux, une pour la montée et une pour la descente. Il faut vraiment avoir de bonnes jambes pour gravir les côtes ici en Islande. Pour faire court, c'est une longue histoire. Nous l'avons tous fait. La paroi était tout simplement géniale et encore mieux : la descente était tellement amusante.

Nous sommes arrivés au camping en pleine forme. Tout le monde a savouré les pâtes étonnantes de Lars et à 1 heure du matin, nous avons tous installé nos Heimplanet-Nous avons monté nos tentes.

Aujourd'hui, nous attendons 100k sur la route circulaire. Le temps s'annonce nuageux mais sec. Merci de nous avoir rejoints.




Tronçon 3 - Varmahlid-Akureyri

102,7K - 857m d'altitude

On perd tout simplement la notion du temps. Quand il se fait tard, on ne sait plus s'il est 17 heures ou 23 heures. Il ne fait tout simplement pas nuit. En tant qu'Allemand stupide, on est habitué à être fatigué lorsque le soleil se couche. Ici, tout est différent...

Jour 3 et il nous reste environ 100 km et 800 mètres de dénivelé à parcourir. Sur une route en béton. Pour la première fois, pas de gravier.

Si nous regardons en arrière après la 3e des 6 étapes, on peut déjà dire que l'Islande nous a donné beaucoup de leçons. Le jour 1, l'Islande a dit : "Allez vous faire foutre - qu'est-ce que vous foutez là, bande d'idiots ?". Le jour 2, l'Islande a dit en quelque sorte : "Félicitations pour avoir tenu bon. Laissez-moi vous donner le meilleur de ce que j'ai". Le jour 3, Island a dit : "Oh hé, j'ai oublié que j'avais quelque chose pour vous. Voici des suceurs de vent".

Et voici à quoi ressemblait la troisième étape de ce voyage épique. Nous avons à nouveau vu des paysages à couper le souffle, des montagnes recouvertes de glace, des chevaux sauvages, des routes isolées et tant de verdure. Nous avions encore beaucoup de chance : pas de pluie et autant de soleil. MAIS : le vent s'est levé et il a fallu beaucoup de travail d'équipe pour venir à bout de cette étape...

Lorsque nous avons commencé cette étape, tout nous semblait facile. Nous avons trouvé une station-service pour recharger nos appareils photo et avons bu notre premier vrai café de ce voyage. Le vent dans notre dos nous a donné l'impression de voler sur la route. Nous ne croisions presque pas de voitures, et quand elles nous voyaient, elles étaient toutes amicales et cool. La première montée de la journée était assez longue, mais pas trop folle ni trop raide. Et lorsque nous avons vérifié nos Garmin, nous savions que nous avions déjà parcouru une cinquantaine de kilomètres, que le bus de l'équipe nous attendait et qu'Ali préparait sérieusement du café. Incroyable de boire un café avec ses meilleurs amis dans le décor du "Seigneur des anneaux". Après une bonne pause déjeuner, nous pensions que le reste de l'étape serait facile, car aucune montée ne nous attendait...

C'est à ce moment précis que l'Islande nous a rappelé qui était le babo. L'Islande nous a soufflé un vent assez violent au visage. Nous avons formé une ligne d'équipe que nous avons maintenue jusqu'à la fin de l'étape et notre arrivée à Akureyri. Malgré tout, la tension est montée un peu ce jour-là. L'équipe est certes toujours unie, mais cette étape nous a montré que nous devions nous serrer les coudes. Fais attention au coureur derrière toi. Faites attention si quelqu'un reste derrière. Travaillez simplement ensemble. Partagez vos forces et cachez vos faiblesses derrière quelqu'un de plus fort que vous. Un grand bravo à Urban et Max, qui font ce tour comme s'ils n'avaient qu'une seule vitesse.

Pour la première fois, nous avons arrêté de rouler avant 22 heures et avons simplement apprécié d'être ensemble. Toujours pas de pluie, ni de chutes ou autres conneries. Island, tu es très bon avec nous et nous ne pouvons pas te dire à quel point nous apprécions cela.




Tronçon 4 - Akurey-Myvatn

103,2K, 1 301m d'altitude

Tout ce qui s'est passé ce jour-là était tout simplement amusant. 7 coureurs ont pris le départ et nous avons quitté notre camping au sommet d'une petite montagne pour nous arrêter dans la minuscule mais belle "ville" d'Akurey pour un café rapide après avoir parcouru seulement 10 km environ. Un départ parfait !

En quittant Akurey, nous sommes presque immédiatement arrivés sur une colline de 300 mètres de haut. Certains l'ont adorée, d'autres l'ont détestée. Surtout pour notre chauffeur de bus, cuisinier et bonne âme Ali, qui est plus ou moins un débutant sur la selle, c'était une dure montée en montagnes russes. Mais il y est parvenu et était très heureux et fier. Nous aussi, nous l'étions. Bien joué, mon pote ! Et un merci tout particulier de la part de tout le groupe pour avoir si bien pris soin de nous lorsque nous étions en route et que nous avions besoin d'un verre ou de quelques clifs.

La descente était purement magique et il fallait vraiment faire attention à ne pas tomber d'une falaise, car le paysage est tout simplement trop beau. Comparés à nos vélos de route, les Bombtrack Crosser ne sont pas aussi rapides, mais beaucoup plus confortables et parfaits pour les routes de terre en Islande. Si nous revenons un jour en Islande, nous demanderons à Bombtrack de nous fournir exactement les mêmes vélos...

La pause déjeuner s'est déroulée juste à côté de quelques cascades incroyables avec de superbes singletrails, ce qui nous a permis d'essayer encore plus nos vélos et de prendre quelques photos et enregistrements pour notre prochain documentaire sur ce voyage. Nous avions tous envie de dormir plutôt que d'attaquer la deuxième grande montée de la journée. De plus, l'Islande nous a montré un élément que nous n'avions encore jamais vu : la pluie. Mais elle n'était pas trop mauvaise, nous n'avons donc pas eu de problèmes majeurs pour parcourir les 100 km et les 1.350 mètres de dénivelé.

Le camping de Myvatn était situé au bord d'un immense lac et, au moment où nous écrivons ces lignes, la nuit n'est toujours pas tombée. Il est une heure du matin au milieu de la nuit et l'Islande brille toujours. Nous avons tellement entendu parler de cette île, et elle est vraiment meilleure à tous les niveaux. Les paysages changent si vite et à chaque coin de rue, on découvre quelque chose qu'on n'avait jamais vu auparavant.

Après Oslo et Majorque, le chapitre 3 de RAD TRAVELS nous emmène en Islande et nous ne pouvons pas être plus heureux d'être ici. Chaque fois que vous le pouvez, vous prenez un vélo, vos meilleurs amis et vous faites le tour du monde à vélo. Cela te donne la meilleure vitesse possible pour explorer de nouveaux endroits. Parfois, c'est douloureux et il n'y a pas d'arbitre pour arrêter le jeu, mais sérieusement. C'est ce que nous aimons, et la seule chose qui nous dérange, c'est qu'il n'y a plus que deux étapes.




Tronçon 5 - Myvatn - Moorudal

89k - 500m d'altitude

Au moment où j'écris ces lignes, nous sommes tous couchés dans nos Heimplanet-tentes. Il est une heure du matin et, bien sûr, il ne fait pas encore nuit. Enfin, ce n'est pas la lumière du jour. C'est quelque chose entre les deux. Quelque chose d'irréel. Nous devons nous trouver dans un épisode de Game of Thrones ou du Seigneur des anneaux. Vous ne pouvez pas vous imaginer à quel point c'est beau ici. Nous campons dans l'herbe la plus verte et écoutons le bruit d'une petite rivière qui se trouve juste à côté de nos quatre tentes. Nous contemplons une lune orange et le soleil se cache de l'autre côté derrière une montagne. À l'horizon, il y a des cratères de volcans et une énorme montagne recouverte de glace. Ah oui, et puis nous avons fait du vélo aujourd'hui...

Quitter notre camping à xxx ce matin, après un excellent petit-déjeuner à base de mymüsli, n'a pas été si difficile, car nous avions vue sur un énorme cratère de volcan que nous voulions absolument contourner. Nous avons donc parcouru 10 km dans la direction opposée à notre itinéraire initial et nous sommes retrouvés au bord du cratère. Il nous a fallu un certain temps pour arriver en haut et en bas, et nous avons perdu beaucoup de force, mais peu importe, on n'a pas souvent une telle chance. Le plus gros problème, cependant, c'est que notre raccourci de là à notre parcours n'était pas une si bonne idée. Nous nous sommes retrouvés sur une piste de sable qu'il nous a fallu une éternité pour traverser.

Juste après avoir dépensé tant d'énergie sur ce parcours fou, une montée assez décente nous attendait. Mais une fois de plus, l'Islande a été trop gentille avec nous, car nous avons alors vu quelque chose que nous n'avions pas encore tous vu. Un immense champ où le soufre soufflait directement du centre de la terre par d'innombrables trous. Certains pourraient lire cela et penser que nous ne sommes que de stupides White Trash Kids de la ville. Eh bien, nous le sommes aussi. On ne voit pas ce genre de conneries épiques à Hambourg ou à Francfort.

Nous avons profité de l'occasion pour prendre un grand nombre de photos et de bouts de films pour notre documentaire sur le tour (que nous espérons avoir terminé dans quelques semaines, lorsque nous serons rentrés à la maison), puis nous nous sommes finalement mis en route, car il restait encore 80 km à parcourir sur cette étape.

Certains d'entre nous ont eu la chance de voir des endroits en Australie, en Nouvelle-Zélande ou à Hawaï, et nous pouvons seulement vous dire que vous n'avez vraiment pas besoin de voyager aussi loin et de faire le tour du globe. Il suffit de sauter dans l'avion - d'emporter son vélo - et de découvrir 3 heures plus tard une nature à couper le souffle. C'est tout simplement incroyable de voir à quelle vitesse le paysage passe du rouge au vert, au noir et à toutes les autres couleurs que l'on peut imaginer. Mais le meilleur de l'étape d'aujourd'hui était une fois de plus le temps. Le soleil a brillé toute la journée et, malgré le vent qui nous soufflait dans le visage, nous avons réussi cette étape grâce à un formidable travail d'équipe.

Pour certains d'entre nous, la journée d'aujourd'hui a certainement été l'une des meilleures sorties à vélo que nous ayons jamais faites. Les 20 derniers kilomètres contribuent certainement à ce sentiment. Nous sommes passés en mode "course" - les cameramen Lars, Benny et Eti ont filmé depuis le van ouvert pendant que nous roulions entre 45 et 60 km/h. Nous avons formé des groupes plus ou moins importants, nous avons crié et nous avons simplement roulé à travers l'Islande et ses routes désertes.

Sur les derniers kilomètres, nous avions LE vent parfait dans le dos, et nous sommes tous arrivés à notre camping irréel alors que le soleil brillait encore.

Revenons maintenant au début de ce rapport... Vous vous souvenez ? Nous avons de la glace sur nos vélos Bombtrack et sur nos sacs Evoc. Il fait légèrement au-dessus de zéro et nous voyons beaucoup de glace autour de nous. Après quelques jours, on a en quelque sorte oublié que c'est en fait l'été. Pourquoi diable avons-nous déjà froid à la fin du mois de juillet ? Ah oui, nous sommes en voyage en Islande et nous ne pouvons pas être plus reconnaissants de la façon dont cette île est géniale.




Tronçon 6 - Moorudal-Egilstadir

95,2k - 886m d'altitude

Notre dernière étape a commencé par une nuit glaciale avec de la glace sur nos tentes. Benny et Eti ont beaucoup souffert ces dernières nuits, car il faisait de plus en plus froid et, pour une raison inconnue, ils n'avaient emporté qu'un sac de couchage d'été. Eh bien, s'il y a une chose que nous pouvons recommander, c'est d'emporter des vêtements chauds. Ils ont dû l'apprendre à leurs dépens. Nous avons rarement connu un endroit dont le nom correspondait exactement à ce que l'on ressentait en y étant : comme de la glace. Même au plus fort de l'été, nous avons gelé sur nos vélos. Pendant les nuits et les soirées froides.

Au moment où nous avons quitté nos Heimplanet-tentes, le soleil brillait dans un ciel bleu et nous réchauffait, et même si nous étions tous fatigués après avoir parcouru près de 500 km dans les jambes, nous étions tous impatients d'entamer la dernière étape.

Nous nous sommes donc assis une dernière fois dans l'herbe la plus verte, avons bu un excellent café et reçu quelques beignets islandais de la part du propriétaire du camping, puis nous nous sommes préparés pour les 95 derniers kilomètres. Malheureusement, la route nous a tout de suite conduits dans une montée assez violente et, mieux encore, dans une route de terre folle qui rendait l'ascension de la colline encore plus difficile. En arrivant en Islande, nous nous attendions à beaucoup de dénivelé, mais pour être honnête, c'était plus dur que nous le pensions. Les montées ne dépassent généralement pas les 10 %, mais elles sont si longues et le vent fait le reste pour te tuer pendant que tu te bats pour monter.

Plus tard, la route nous a de nouveau conduits vers quelques sites islandais à couper le souffle, avec des chutes d'eau à perte de vue, des routes désertes et tellement de choses cool à voir. Tout était génial et seul le vent était notre ennemi le plus coriace sur cette étape. Il nous a soufflé si fort au visage pendant les 70 premiers kilomètres que deux d'entre nous ont décidé d'abandonner et de monter dans le bus de l'équipe. Nous n'étions donc plus que cinq pour la dernière étape, ce qui était un peu triste car, surtout sur les 15 derniers kilomètres, nous ne faisions que descendre et le vent dans notre dos nous disait adieu.

Ali - la bonne âme de notre équipage - qui nous a fait des pâtes presque tous les soirs - n'est pas un coureur hardcore, mais un peu de travail d'équipe et beaucoup de cœur de sa part l'ont aidé à parcourir les 95 km. Il était super fier de l'avoir fait, et nous aussi. Bien joué, mon pote !




La fin du Tour D'Iceland n'était pas trop spectaculaire, le parcours se terminait dans la petite ville d'Egilstadir sur un parking devant un camping. Je pense que nous étions tous encore d'humeur à simplement poursuivre notre route le lendemain. Mais malheureusement, nous ne le ferons pas. Je pense pouvoir parler au nom de la majorité du groupe lorsque je dis que nous aimerions pédaler encore plus loin et tout autour de l'Islande sur sa fameuse route 1.

Mais c'est tout. Nous l'avons fait et sommes tellement heureux d'avoir vécu l'Islande. Au total, 564 km en 6 étapes avec 5.825 mètres de dénivelé. 8 coureurs, 3 amis derrière quelques objectifs. Un grand merci à HeimplanetPour avoir été notre maison pendant 8 jours.

Aujourd'hui, il ne nous reste plus qu'à prendre le chemin du retour vers Reykjavik, puis à nous envoler vers l'endroit d'où nous sommes partis. Merci d'avoir suivi notre journal de voyage. Nous serons de retour en octobre pour le Tour d'Espagne. Si tu es intéressé pour partir avec nous, contacte-nous et envoie-nous un e-mail. Nous collectons tous les e-mails et nous reviendrons en 2016 avec d'autres RAD TRAVELS...

C'était la première de deux courses d'adieu pour Sebastian Gondek. Tu nous manques. Les enfants partent tous.

Photos de Lars Schneider pour RAD RACE

Plus de contributions

En savoir plus

Cavalleria - Rewild to Rewire

Rejoins-nous pour un voyage de remise en liberté, de recâblage et de pur bonheur - inscrivez-vous dès maintenant.

Read more

Ouverture de la saison 2024

C'est reparti pour quatre jours d'aventure, de bons repas et de feux de camp crépitants. L'été est là et la saison est ouverte !

Read more

Family Camping - Style japonais

Fais la connaissance de notre famille japonaise préférée. Ils utilisent nos tentes depuis longtemps et nous sommes toujours heureux d'avoir de leurs nouvelles et d'accompagner leurs voyages. 

Read more