NE SUIS PAS CETTE BICYCLETTE

Chaque semaine, une vidéo et un blog post, ainsi qu'une photo par jour sur son compte Instagram. C'est ainsi qu'Atila publie son voyage en Nouvelle-Zélande.

Nouvelle-Zélande - 1 Espagnol - 1 vélo - 16 000 km - 10 mois

Chapitre 1 : Démarrage

Arriver au point de départ à Dunedin était une folie. Une nuit à l'aéroport de Londres, plusieurs vols retardés, 32 heures de vol, un passeport perdu et tout mon équipement en retard. Mais ne vous inquiétez pas, j'étais au cœur de l'aventure. Première destination : le parc national "The Catlins". Dans cette partie de l'île, le climat et le paysage sont assez extrêmes. Il y a beaucoup de montagnes et le temps est très changeant, ce qui ne facilite pas les choses avec un vélo et quelques kilos supplémentaires.

J'ai pédalé pendant plusieurs jours à la recherche de bonnes vagues et j'ai finalement atteint Curio Bay. L'endroit était étonnant. La baie est idéale pour les dauphins, alors je suis allé surfer avec eux et avec Julian, un charmant Allemand. J'ai ensuite rencontré un type avec une tête de fou qui m'a demandé si je voulais aller surfer à un "endroit secret" que presque personne ne connaît. Le type a dessiné une carte et j'ai suivi ses instructions, cherchant une ferme avec des moutons et le numéro 119. Le spot secret était époustouflant, une vague incroyable se brisait en dessous de la falaise.

Chapitre 2 : Invercargill > Te Anau

La nature a beaucoup changé. Le Fiordland est magnifique, avec des sommets atteignant 2 000 mètres, mais le temps est horrible. Il pleut presque tous les jours, idéal pour faire du vélo...

J'ai rencontré Marc et Jo. Marc de dire que la recherche de la vague parfaite est presque aussi excitante, voire plus, que le surf lui-même. Et c'est effectivement vrai. Quand je pars à vélo à la recherche de vagues, je me sens incroyablement excité à l'idée de trouver un endroit spécial, et c'est l'aventure.

Chapitre 3 : Nulle part > Queensland

De Te Anau à Wanaka, c'est la plus belle route que j'ai faite jusqu'à présent. Maintenant, il y a de hautes montagnes de tous les côtés et des pentes à perte de vue. Les lacs sont sur la route. Le lac Mavora a été une vraie surprise au milieu d'une longue étape, j'y ai dormi et le lendemain j'ai commencé un tour à travers la vallée jusqu'à Walter Peak. Traverser le lac en bateau à vapeur pour rejoindre Queenstown a été une expérience incroyable. Si seulement c'était toujours aussi sauvage, mais malheureusement, en Nouvelle-Zélande, le camping sauvage est interdit dans la plupart des endroits. Heureusement, il y a des règles que l'on peut enfreindre.

Chapitre 4 : Wanaka > Hokitika

Wanaka, un lieu entouré d'une nature incroyable et inconnue.

Je savais que la côte ouest "sauvage" serait dure, mais je ne m'attendais pas à un tel calvaire. Lorsque j'ai traversé le désert montagneux et que j'ai atteint la mer, j'ai eu l'impression d'être dans le dernier endroit habité de la Terre. Derrière moi : des glaciers, d'énormes cascades et des nuages très sombres. Devant moi : des plages rectilignes et infinies, des rochers, des troncs d'arbres et des arbres géants. Une mer sombre et agitée, le contraire de ce que l'on imagine quand on veut attraper quelques vagues.

Chapitre 5 : Greymouth

Je me suis simplement intégrée à la vie du village et les gens m'appellent par mon nom quand je monte sur mon vélo. Tessa, Tony et moi nous sommes rencontrés grâce à Jo. Ils m'ont accueilli comme si je les connaissais depuis toujours, et ils m'ont traité comme un fils. Je pense que cela fait partie de la culture ici. Je ne sais pas pourquoi, peut-être parce qu'ils sont maoris, mais en tout cas, les gens sont très accueillants en Nouvelle-Zélande.

Quand tu es dans l'eau à l'autre bout du monde, que tu attrapes de grosses vagues et que les gens autour de toi brûlent de partager une vague avec toi au lieu de te la voler (parce que ce sont des locaux), je me rends compte que le rythme de vie ici est exactement ce qui nous manque désespérément en Europe. Tout est simple. On peut laisser ses clés à l'intérieur et ouvrir les fenêtres pendant qu'on surfe. Les maisons ont des portes ouvertes et on peut aller au supermarché pieds nus.

Chapitre 6 : Punakaiki > Karamea

Le trajet de Greymouth à Karamea était rempli de vagues parfaites. La seule chose dont on avait besoin était une paire de courage pour se mettre à l'eau. De longues plages, des formations rocheuses étranges, des rivières et, surtout, très peu de gens.

Jude, un contact qu'un ami m'avait fait connaître il y a quelque temps, m'a invité à habiter dans sa maison. Cette maison serait le rêve de beaucoup de gens en Europe. J'ai eu la grande chance de passer quelques jours avec elle et sa fille. Nous avons fait des balades à vélo, regardé les vagues et profité de ce refuge.

Chapitre 7 : Westport > Takaka

L'idée était d'atteindre la pointe nord de l'île du Sud, le "Farewell Split", qui est assez proche de Westport et Karamea. Mais il y a un parc national à traverser et il n'est pas autorisé de le faire à vélo, j'ai donc dû prendre une route interne (300 km de plus). La carte routière semblait impossible, c'était une suite interminable de virages.

Les journées passées avec Marco et sa mère étaient très amusantes, nous avons mangé, voyagé ensemble, vu de superbes plages et surfé seuls par un temps très froid et clair.

Je ne sais vraiment pas comment se déroulerait mon voyage sans surf. Bien sûr, quand on surfe, il est difficile d'imaginer un voyage sans surf. Mais je veux dire, je ne sais pas si toutes ces choses seraient arrivées si je n'avais pas été accompagné par ma planche de surf.

Chapitre 8 : Motueka et Marahau

Je n'ai pas pu traverser l'Abel Tasman à vélo, car ce n'est pas autorisé. J'ai donc dû à nouveau prendre une route interne, ce qui signifie grimper la montagne la plus escarpée de Nouvelle-Zélande, Takaka Hill. Cette montagne de 800 mètres de haut sépare la Golden Bay de la Tasman Bay, il m'a fallu deux heures pour la gravir. Je sais, à un rythme d'escargot, mais avec tout ce poids, j'ai dû marcher lentement et imaginer tous les touristes dans leur van en train de voir un type grimper la montagne la plus abrupte de Nouvelle-Zélande avec une planche de surf et un visage rouge tomate.

Marahau, un endroit où la nature est la plus belle que j'ai vue jusqu'à présent. Je n'en croyais pas mes yeux, derrière moi : la mer au loin et le début du parc, quelques vaches au milieu, des chevaux noirs et des oiseaux de toutes sortes. A côté de moi : un grand bruit d'eau pure et quelques canards. Le matin, j'ai visité les plages d'Abel Tasman. J'étais là, juste moi, un soleil radieux, une eau claire, un horizon infini et, derrière la forêt, la mer brutale. Je ne pouvais partager cela avec personne.

Chapitre 9 : Marahau > Wellington

J'ai fait quelques illusions en arrivant à Picton dans des conditions extrêmes : pluie, orage et rafales de vent de 45 km/h. J'ai entendu le bruit d'un grand bateau. Il était déjà arrivé. Le ferry de 13 heures. Je ne sais vraiment pas comment, mais comme par magie, je suis arrivé à l'heure.

Moi, un nouveau venu sur l'île du Nord, j'avais la capitale devant moi. Peut-être suis-je influencé par mes souvenirs d'enfance et par la couverture d'"Ibiza Mix 95", mais j'avais l'impression que l'acte de prendre un ferry pour passer d'une île à l'autre signifiait le passage dans un autre monde.

Chapitre 10 : Wellington

Je suis à Wellington, "la plus cool des petites capitales du monde", comme disent les gens du coin.

Ashleigh et ses colocataires m'ont chaleureusement accueilli et m'ont emmené dans tous les endroits sympas. Je suis allé me baigner et j'ai sauté de la Patacha, j'ai fait du skatepark, je suis allé au Mont Victoria, j'ai surfé à Lyall Bay et à Houghton Bay, j'ai quitté une fête, je suis allé au cirque, j'ai cuisiné avec des Chiliens, j'ai vu et interviewé une régate, j'ai chanté et joué de la guitare avec des gens dans la rue.

Je trouve vraiment génial que les Kiwis soient les gens les plus gentils et les plus accueillants du monde.

Chapitre 11 : Wellington > Whanganui

D'après la carte, la côte ouest/sud-ouest de Wellington semblait magnifique. Cela me manquait d'être dans un endroit plus calme, de dormir dans ma tente et d'être près de l'eau. Le parcours était magnifique, pour la première fois je sentais l'automne léger. Le temps avait changé. Il faisait soleil avec un vent très froid. Nous avons passé de petites rivières cristallines, des prairies verdoyantes où les vaches, les canards et les chèvres passaient leurs journées. Nulle part un être humain n'était visible.

J'arrive à Makara Beach, une plage magnifique entourée de rochers et de hautes montagnes. Lumière d'automne, eau claire, mer calme et je n'ai encore vu personne.

Chapitre 12 : Whanganui > Opunake

J'ai observé la mer comme un enfant en colère parce qu'il n'y avait pas de vagues. À côté de moi, un homme était assis dans sa voiture et regardait lui aussi la mer. Si le jour est nuageux et que vous voyez quelqu'un qui regarde la mer, c'est probablement un surfeur, un pêcheur, un plongeur ou quelqu'un qui va souvent au bord de l'eau.

À Hawera, j'ai vécu comme un roi, c'est pourquoi je voulais rester aussi longtemps que possible. Dean, sa famille et moi avons passé des journées ensemble et avons fait de ce moment quelque chose de très spécial. La cerise sur le gâteau, c'est quand Phil m'a demandé si je voulais voler. Nous avons survolé toutes les vagues célèbres des environs d'Opunake. Il m'a même laissé piloter l'avion. Vous pouvez imaginer à quel point j'avais envie de faire des flips ou d'autres manœuvres, mais Phil m'a dit de "rester calme".

Opunake, le paradis des ondes. L'hiver est là. Ils vont en manches courtes, mais je porte des pantalons longs avec des serrés, une chemise en coton et une veste.

Chapitre 13 : Opunake > Oakura

Je peux faire ce que je voulais et méritais le plus : surfer ! C'est très différent de ce à quoi je suis habitué. En Europe, il y a différents endroits où il y a beaucoup de monde dans l'eau. Ici, il faut demander la permission au fermier, puis saluer les vaches, escalader la clôture et marcher pendant une demi-heure pour aller dans l'eau.

Je ne pensais pas que les spots étaient si isolés, mais c'est justement ce qui les rend encore plus spéciaux et exotiques. Des vagues parfaites et ils sont encore vierges.

Chapitre 14 : Oakura > New Plymouth

D'où je viens, il ne pleut pas, donc je ne suis pas habitué à la pluie et je n'aime pas la pluie. Surtout quand il pleut pendant toute une semaine sans s'arrêter une seule seconde. Je me suis souvenu que quelqu'un m'avait dit d'aller dans un bel endroit où les gens m'accueilleraient chaleureusement. Une immense maison en bois au bord d'une rivière, entourée d'une forêt. Le propriétaire avait construit cette maison à la recherche de bonnes vagues et louait quelques chambres pour gagner sa vie. C'était une maison amusante. Il y avait un sauna, une rivière avec une route pleine de surprises, des planches partout (skate, surf, SUP), des instruments de musique, des kayaks, des chiens et un rat mort sur le toit.

Le soir, je suis arrivé à New Plymouth, vers 18 heures, mais il faisait déjà nuit et froid. Toby, un médecin allemand que j'avais rencontré pendant mon voyage, m'a emmené chez son ami et quelques jours plus tard, les gens disaient déjà que j'étais la version espagnole de Toby. C'est le genre d'homme que l'on aimerait être ; toujours aimable et gentil avec tout le monde, toujours prêt à écouter, un ami pour tout le monde et un type vraiment bien.

Chapitre 15 : New Plymouth > Raglan

J'ai vraiment besoin de nouvelles jambes, car les miennes sont déjà surchargées. J'ai eu la brillante idée de rouler à travers la campagne plutôt que de prendre la route principale. Eh bien, je pense que c'était la pire idée que j'ai eue pendant tout le voyage. La vérité, c'est que les routes étaient incroyablement belles. J'ai traversé des villages très authentiques, loin de tout, et les gens m'ont accueilli avec une gentillesse d'un autre monde. Mais c'était assez difficile de porter la planche de surf sur les routes non goudronnées et les pistes étaient un enfer. Il faisait super froid, mais le froid ne m'a pas dérangé, c'est la pluie qui est pire que jamais.

Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai commencé à m'imaginer à quoi je ressemblais de l'extérieur : en sueur comme un cochon, la tête rouge comme une tomate, un vélo avec une planche de surf et un Espagnol à l'autre bout du monde en train de se faire baiser sur une pente très raide. Je me suis mis à rire tellement fort que j'ai dû arrêter de rouler.

Plus de contributions

En savoir plus

Cavalleria - Rewild to Rewire

Rejoins-nous pour un voyage de remise en liberté, de recâblage et de pur bonheur - inscrivez-vous dès maintenant.

Read more

Ouverture de la saison 2024

C'est reparti pour quatre jours d'aventure, de bons repas et de feux de camp crépitants. L'été est là et la saison est ouverte !

Read more

Family Camping - Style japonais

Fais la connaissance de notre famille japonaise préférée. Ils utilisent nos tentes depuis longtemps et nous sommes toujours heureux d'avoir de leurs nouvelles et d'accompagner leurs voyages. 

Read more