DEEPER TORDRILLOS

J'ai toujours aimé la simplicité des Hiking Lines. Pas de bruit d'hélicoptère, des impressions de première main sur les conditions d'enneigement de la piste et - surtout - la satisfaction d'avoir mérité ses virages, ça n'a tout simplement pas de prix.

Alors quand l'idée a germé parmi mes amis snowboarders de planifier une mission au plus profond de l'arrière-pays alaskien, avec rien d'autre que des tentes pour dormir et rien d'autre que mes pieds pour gravir la montagne, j'ai eu envie de me lancer.


Le choix s'est porté sur les Tordrillos, une chaîne de montagnes au nord-ouest d'Anchorage, connue pour avoir servi de décor à certaines parties du légendaire film de snowboard de Brainfarm "The Art of Flight" avec Travis Rice et John Jackson, qui montre le big mountain riding comme on ne l'a jamais vu. Le défi d'atteindre certains de ces spots "pieds nus" était tout simplement tentant.


Après une longue planification et la recherche des bons guides pour une telle mission, nous nous sommes finalement retrouvés sur un aérodrome d'hydravions à Anchorage. Cinq pilotes, deux cinéastes, deux guides et moi-même pour prendre des photos. Trois avions avec un beaver équipé de skis pour atterrir sur la neige. Plus d'une tonne de tentes, de réchauds, de sacs de couchage, de snowboards, de matériel de sécurité et de nourriture à transporter à l'arrière de l'avion.

L'endroit que les guides avaient choisi pour le camp de base était parfait : une grande surface plate au milieu d'un immense glacier, exempte de crevasses, mais suffisamment proche pour que la plupart des pistes soient accessibles en deux heures. Pendant les derniers préparatifs, des rumeurs nous sont parvenues selon lesquelles les températures descendraient à -30°C les premières nuits, si bien que la première priorité a été d'aménager le camp de base avec de véritables murs de neige autour de toutes les tentes de couchage afin de minimiser le refroidissement éolien. Réaliser le plus possible d'"infrastructures" avant que les températures ne passent de "supportables" à "vraiment sacrément froides". Nous allumons les réchauds de camping et faisons bouillir l'eau pour le thé chaud et notre premier dîner dans la nature.

Après une nuit vraiment froide, il est toujours agréable de faire bouger son corps. Heureusement, la plupart de nos lignes spéciales nécessitaient environ deux heures de splitboard, suivies d'une autre heure, voire plus, pendant laquelle nous devions monter les sections raides en bottes pour atteindre le sommet de la piste. Un examen approfondi des cartes topographiques a montré qu'il y avait de nombreuses possibilités autour du camp pour skier et shooter les meilleurs light à différents moments de la journée. L'inconvénient était bien sûr qu'il fallait se lever à 5 heures du matin pour les spots avec light tôt le matin. La plupart des spots offraient cependant de beaux light en fin d'après-midi , surtout les plus difficiles techniquement.


La vie au camp est devenue de plus en plus confortable à mesure que les températures augmentaient lentement et que tout le monde s'habituait à cette vie inhabituelle. Des trous dans la neige ont été creusés, des paniers-repas ont été posés sur une table de spoker dès que le soleil a fait passer les températures au-dessus de zéro. Le fait que le pilote d'un vol de ravitaillement ait apporté deux caisses de bière a peut-être aussi aidé. Un luxe rare que personne n'avait même osé espérer ! L'ambiance n'aurait donc pas pu être meilleure, qu'il s'agisse d'un oiseau bleu avec beaucoup d'équitation et de tirs ou de journées où l'on pouvait reposer ses os et recevoir quelques leçons sur les nœuds et les cordes.


Bien que tout le monde ait eu envie d'une douche et d'autres commodités culturelles, personne ne voulait vraiment partir après 12 jours sur le glacier. Nous étions heureux que notre grand rêve soit devenu réalité et que tout se soit si bien passé. Nous avions pénétré plus loin et plus profondément dans l'arrière-pays de l'Alaska que n'importe lequel d'entre nous auparavant. Une combinaison parfaite entre une vie de camp simple dans un paysage à couper le souffle et des descentes quotidiennes escarpées en AK que nous ne pouvions franchir qu'à la force de nos propres pieds. L'ensemble du voyage a été un tournant pour nous tous, et l'Alaska fera désormais partie de notre programme annuel. La seule question est de savoir quelle sera la prochaine étape ? Il faut en tout cas que ce soit plus profond et plus loin !


Pour en savoir plus :
http://www.redbull.com/en/snow/stories/1331649857236/alaska-on-a-budget
http://www.redbull.com/en/snow/stories/1331650491702/tools-to-go-deeper-in-ak
http://www.redbull.com/en/snow/stories/1331651655842/alaska-for-everyone-how-to-survive-nights-at-30c

Plus de contributions

En savoir plus

Cavalleria - Rewild to Rewire

Rejoins-nous pour un voyage de remise en liberté, de recâblage et de pur bonheur - inscrivez-vous dès maintenant.

Read more

Ouverture de la saison 2024

C'est reparti pour quatre jours d'aventure, de bons repas et de feux de camp crépitants. L'été est là et la saison est ouverte !

Read more

Family Camping - Style japonais

Fais la connaissance de notre famille japonaise préférée. Ils utilisent nos tentes depuis longtemps et nous sommes toujours heureux d'avoir de leurs nouvelles et d'accompagner leurs voyages. 

Read more