BALTIC LONG ROAD LONG WAY HOME

Tout a commencé avec ma vieille mobylette de l'Allemagne de l'Est "Schwalbe" de 1984, que je possède depuis plus de 10 ans et que j'ai décidé de restaurer, le moteur et en fait tout ce qui se trouve sous le capot.

Une mobylette qui fonctionne parfaitement et après l'avoir laissée au garage pendant près de deux ans, j'ai décidé de faire un grand tour avec mon vieil ami. J'ai donc commencé à planifier et j'ai eu l'idée de faire le tour de la mer Baltique, un nouveau territoire pour ma moto et moi.

J'ai enfin eu l'occasion de prendre un peu de temps pour tout préparer. 5000 km avec 3,6 chevaux autour de la mer Baltique. En solo. Je suis parti de Magdebourg, en Allemagne, ma ville natale, et je me suis dirigé directement vers le nord. Les premiers kilomètres ont été terribles. J'écoutais le moteur en pensant que quelque chose allait se casser à chaque minute et que je ne ferais que quelques kilomètres. Mais tout s'est bien passé. 250 km et 8 heures plus tard, je suis arrivé à ma première escale à Kakeldütt (un nom amusant en allemand). J'ai monté la tente en deux minutes, je me suis assis au bord du lac, j'ai ouvert une bière et j'ai profité de la nuit.

La prochaine grande étape : prendre le ferry de Rostock à Trelleborg, en Suède. Là-bas, je me suis lié d'amitié avec des conducteurs de Harley qui m'ont accepté dès qu'ils ont vu mon vieux scooter. La Suède était le deuxième des sept pays de mon itinéraire. Spécialement pour la Scandinavie, j'avais apporté une canne à pêche pliable et dès le deuxième soir, lorsque j'ai attrapé un beau brochet, cela a porté ses fruits.

J'ai continué à rouler avec ma petite mobylette et j'ai passé beaucoup d'endroits intéressants. La plupart du temps, parce que je n'avais pas le droit d'utiliser l'autoroute, je devais zigzaguer vers le nord. La plupart du temps, je restais dans des campings pour rencontrer des gens et profiter des nuits d'été en plein air. Les personnes que j'ai rencontrées au cours de mon voyage sont étonnantes. Ils m'ont emmené pêcher, m'ont invité chez eux et ont partagé de délicieux repas avec moi. La Suède m'a beaucoup impressionné, pas seulement par ses paysages, mais aussi par ses habitants. Lorsque je suis arrivé à Stockholm après les 1000 premiers kilomètres, j'avais du mal à y croire. Mon vieux vélomoteur et moi à Stockholm ! Fantastique !

Après presque une semaine de voyage, j'ai dormi pour la première fois sous un vrai toit. Je logeais chez un ami. Lui et son amie m'ont fait visiter et se sont bien occupés de moi. Lorsque j'ai quitté Stockholm, la Suède a montré toute sa longueur. J'ai roulé pendant des jours à travers des forêts et sur des routes non goudronnées, sans voir personne pendant des heures, attendant simplement que quelque chose se passe.

Alors que le soleil commençait à briller toute la journée, le mauvais temps s'est installé, les températures ont chuté et j'ai eu froid sur mon cyclomoteur. Après avoir vérifié les prévisions météorologiques pour le nord de la Suède, j'ai décidé de prendre un raccourci de cinq jours et de prendre le ferry d'Umeå à Vaasa en Finlande. J'y suis arrivé environ 30 minutes avant minuit. Le soleil brillait toujours, créant une magnifique ambiance de coucher de soleil pendant 4 heures. C'était tout simplement incroyable et je suis resté debout à observer l'eau et à m'imprégner de tout ce qui se passait.

C'est l'un de ces moments qui m'a vraiment profondément impressionné. Le lendemain, il a commencé à pleuvoir et un vent fort a ralenti encore plus ma mobylette lente. À une vitesse de seulement 35 km/h, je pensais avoir le temps de comprendre ces noms de villes compliqués, mais il était impossible de prononcer un nom comme "Kristiinankaupunki".

Dans l'espoir d'avoir un temps chaud, je suis allé directement à Helsinki. Entre-temps, je suis resté sur un beau camping vide jusqu'à ce qu'un grand groupe de motards se présente. Je n'étais pas sûr de ce qui allait se passer, mais quand ils ont vu la tente, ma mobylette et moi, ils se sont mis à rire et n'arrivaient pas à croire que j'avais fait tout ce chemin depuis l'Allemagne. Le soir, je me suis retrouvé avec 50 bikers finlandais qui buvaient de la bière hors de prix et chantaient mal au karaoké.

Depuis Helsinki, j'ai pris le ferry pour Tallinn, en Estonie. Je n'avais pas de visa pour la Russie, ce qui a impliqué quelques détours. L'été chaud était de retour et le voyage à travers l'Estonie s'est déroulé très tranquillement. J'ai profité du charme agréable de l'Europe de l'Est et j'ai passé la nuit dans un camping où il n'y avait personne à part le propriétaire.

Le lendemain, je partais déjà pour Rigain, en Lettonie. Il s'est mis à pleuvoir et j'ai roulé pendant des heures le long de la mer Baltique en souffrant... Après avoir été trempé, j'avais besoin de me régénérer et j'ai donc pris une chambre à Rigain. C'était étrange de rester à l'intérieur la nuit. J'aimais beaucoup être dehors et avoir l'espace libre autour de moi.

Sur mon chemin vers la Pologne, j'ai traversé la Lituanie et je me suis arrêté à la "colline des croix". Comme son nom l'indique, il s'agissait littéralement d'une petite colline remplie de croix en bois et de tombes. Ce jour-là, des averses de pluie ont créé une silhouette dramatique, raison pour laquelle j'ai fait de nombreux arrêts.

Après l'Estonie, je me suis en fait rendu exactement à la frontière entre la Lituanie et l'enclave de Kaliningrad en Russie. J'étais très nerveux à l'idée de ne pas franchir la frontière russe, car ils ne plaisantent pas avec leurs frontières. J'ai dépassé quelques camions militaires et, à un moment donné, j'ai cru que j'avais pris le mauvais tournant - heureusement, ce n'était pas le cas.

En Pologne, j'ai fait une pause de deux jours en Mazurie. J'avais vraiment mal aux fesses et je ne pouvais tout simplement pas m'asseoir. J'ai pêché un peu et j'ai profité du séjour. Je n'arrivais pas à croire que ma vieille mobylette n'avait pas de problème, même les nombreuses routes non goudronnées n'étaient pas un problème. Et elles étaient particulièrement mauvaises ces derniers jours.

Cela explique probablement mon mal de dos. L'un des derniers jours en Pologne était un jour de fête nationale et lorsque je suis arrivé au camping, on m'a offert de l'alcool fort. C'était une soirée amusante avec un grand feu de camp. Le lendemain matin, je suis parti tôt pour ne pas passer toute la journée à faire la fête et pour passer une autre nuit là-bas. Des gens amusants, mais fatigants.

Lorsque j'ai franchi la frontière allemande, je ne pouvais tout simplement pas y croire. Mes attentes par rapport à ce voyage étaient très différentes de ce que j'ai vécu, et au final, la réalité était telle que je l'avais souhaitée".

Plus de contributions

En savoir plus

Cavalleria - Rewild to Rewire

Rejoins-nous pour un voyage de remise en liberté, de recâblage et de pur bonheur - inscrivez-vous dès maintenant.

Read more

Ouverture de la saison 2024

C'est reparti pour quatre jours d'aventure, de bons repas et de feux de camp crépitants. L'été est là et la saison est ouverte !

Read more

Family Camping - Style japonais

Fais la connaissance de notre famille japonaise préférée. Ils utilisent nos tentes depuis longtemps et nous sommes toujours heureux d'avoir de leurs nouvelles et d'accompagner leurs voyages. 

Read more