BAJA - HORS DES SENTIERS BATTUS

Baja hors des sentiers battus n'est pas un endroit pour tout le monde. Lèvres gercées, cheveux poussiéreux, pas de douche pendant des semaines, vent, saleté, sable. La saleté vous souffle au visage, dans les oreilles et dans les yeux. Ai-je dit vent ?

Du vent, et je parle d'un vent implacable qui te souffle, toi et tout ce que tu possèdes, dans l'espace. Des jours et des jours. J'ai dit saleté ? De la saleté et de la poussière qui te recouvriront, toi, la raie de tes fesses et chaque pièce d'équipement que tu possèdes.

A Baja, hors des sentiers battus, tu rationnes tout ce que tu as. L'essence, l'eau, la nourriture, vos amis. J'espère que ce sont de bons amis, car vous ne pouvez pas les laisser tomber. Rien n'est remplaçable et il faut tout avoir et même un peu plus. Une barre ou un morceau de chocolat devient une véritable marchandise. Les pêcheurs locaux échangent des homards et leurs femmes contre un morceau de chocolat. Si quelque chose se casse ou si vous êtes coincé, vous ne pouvez compter que sur vous-même.

Des routes en terre de l'enfer avec des surfaces boueuses qui pourraient tout aussi bien être des sables mouvants. La planche à laver sur les routes non goudronnées n'est pas la planche à laver que vous connaissez peut-être des routes non goudronnées de chez vous. Les planches à laver de Baja sont l'Everest des planches à laver et détruisent chaque pièce d'équipement que vous possédez. À commencer par votre véhicule et tout ce qu'il contient.

Des routes de terre de l'enfer. 250 kilomètres de ce genre. Koichi était très stressé pendant le trajet. Il me répétait sans cesse : "Au Japon, nous n'avons pas de telles routes !", tandis que nous faisions des allers-retours douloureux.

Cette année, nous avons parcouru 200 km à Baja, hors des sentiers battus, ce qui nous a pris trois semaines. Nous avons roulé en moyenne 3 miles à l'heure et avons eu quelques coups durs. Nous avons basculé sur le côté et sommes restés coincés plus souvent que je ne l'aurais souhaité, et nous avons vécu de nombreuses aventures. Nous sommes notamment tombés dans une décharge de drogue au milieu de nulle part, où je m'attendais à être fauché par une mitrailleuse du cartel de la drogue mexicain. Mais c'est une histoire pour l'avenir.

Notre équipe était composée de : Chuck, l'Américain de Lituanie, moi, l'Américain d'Italie et Kochi, le Japonais du Japon. Nos chiens : Tobi, le bâtard américain, Argo, la superstar française que rien n'arrête, et Finn, la dame sensible allemande. Nos véhicules et nos maisons : un camion Chevy américain avec un camper Hallmark américain, un camion Dodge américain et une tente allemande. Heimplanet une tente. Une tente unique en son genre, que l'on peut gonfler à l'aide d'une pompe pour la faire tenir debout. "Mais qu'est-ce que c'est que ce truc ? Je n'ai jamais rien vu de tel", disaient les gens... Le moins que l'on puisse dire, c'est que cette tente était cool et qu'elle bloquait le vent comme aucune autre tente que j'ai jamais vue.

Vous vous demandez peut-être pourquoi deux camions et trois personnes. Il y a deux raisons à cela. La première raison, c'est trois personnes et trois chiens. C'est fou comme trois chiens prennent de la place. La deuxième raison, et probablement la plus importante, est qu'avec deux camions, on peut s'entraider si quelque chose se casse ou si on reste coincé, même si cela n'a pas fonctionné comme prévu.

De toute ma vie, je n'ai jamais aussi bien mangé lors d'une sortie en camping. Nous étions tous gourmands et appartenions à trois nationalités différentes, et chacun essayait de surpasser l'autre par ses talents culinaires. Koichi avec des recettes japonaises compliquées (je crois qu'il a gagné le prix), moi avec des plats italiens simples et Chuck, le maître de la viande grillée. Nous avons toujours mangé comme des rois.

Les garçons regardaient les vagues, ils ne cessaient de les regarder. C'est ce que nous voyions tous les jours.

Nous avons rencontré Drew, Owen, Tom et Zach. Tom et Drew de Nouvelle-Zélande, Owen d'Australie et Zach de San Clemente. Tous les quatre creusaient des trous dans la terre pour construire une maison et, les bons jours, ils vivaient de riz et de haricots. Je ne sais pas ce qu'ils mangeaient les mauvais jours. Quand ils n'étaient pas dans l'eau pour surfer, ils se tenaient sur la falaise et regardaient les vagues. Je ne les ai jamais vus ailleurs, c'était facile de les trouver. Un soir, nous les avons invités à venir au camp.

Il nous restait un peu de viande pour partager quelques petits restes. Je n'ai jamais vu quelqu'un manger un morceau de viande comme ces garçons. "Oh.... Ohhhhh !!!!!, viande....". Ils ressemblaient à des réfugiés d'un camp de concentration à qui l'on donnait à manger pour la première fois. Nous étions assis près du feu. Drew s'étirait sur le côté par terre, ses longs cheveux emmêlés pendaient au-dessus de la saleté. Je ne pouvais pas m'empêcher de me demander ce qui s'était glissé dans ses cheveux. Mais il se sentait bien de cette façon. Nous avons parlé de lieux exotiques, de spots de surf et de vent.

On parle toujours du vent à Baja. "Quand va-t-il s'arrêter ?" se demande-t-on. Pendant de nombreux jours, il n'y avait que nous, les vagues et le vent. Nous avons eu de la chance et avons pu attraper quelques bonnes vagues, mais ce n'est pas toujours la norme. La Baja est un terrain difficile, et il faut beaucoup de temps et de patience pour avoir de la chance. J'aime dire que le nombre de vagues que je peux atteindre en deux semaines au Nicaragua est le même que celui que je vais atteindre en trois mois à Baja.

Parfois, je me demande pourquoi je fais ça et pourquoi je m'impose des contraintes plutôt que de profiter du confort de la civilisation et de l'accès facile à de meilleures vagues. Baja n'est pas un endroit où l'on trouve des vagues de classe mondiale, mais un endroit où l'on trouve la solitude. Et c'est la vraie raison pour laquelle je fais ça. Depuis que je suis tout petit, j'ai toujours voulu être seul dans la nature. Si tu trouves de bonnes vagues, tu peux surfer seul avec tes copains. On a alors investi trois bons mois pour cette bonne journée seul avec ses amis.

Pour plus d'informations : www.marchesiphoto.com

Plus de contributions

En savoir plus

Cavalleria - Rewild to Rewire

Rejoins-nous pour un voyage de remise en liberté, de recâblage et de pur bonheur - inscrivez-vous dès maintenant.

Read more

Ouverture de la saison 2024

C'est reparti pour quatre jours d'aventure, de bons repas et de feux de camp crépitants. L'été est là et la saison est ouverte !

Read more

Family Camping - Style japonais

Fais la connaissance de notre famille japonaise préférée. Ils utilisent nos tentes depuis longtemps et nous sommes toujours heureux d'avoir de leurs nouvelles et d'accompagner leurs voyages. 

Read more